Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Sécurité Maritime
 

Var (83)

 
 

Feu d’Agay

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 1er août 2022


Coordonnées géographiques
443°25,561’ N, 6°52,249’ E

Hauteurs
Hauteur au dessus de la mer : 30 m
Taille Générale : 17,70 m
Hauteur de la focale : 15,90
Portée : 15 milles

Feu
Optique fixe
Rythme : L=3 s/O=1 s T = 4 s
Hauteur plan focal/base : 15,90

Situation topographique
Côté Est de l’entrée de la rade d’Agay - sur la pointe de la Baumette
A 6300 m au N-NE, sur le pic de l’Ours, pylône de télévision peint par bandes alternativement, rouge et blanc, haut de 58 m, supportant deux feux fixes rouges

Description
Tour carrée en maçonnerie lisse accolée à la face SE d’une maison rectangulaire

Historique
Afin de satisfaire une demande de la Chambre de Commerce de Toulon, la décision d’établir un feu est prise par le ministère le 17 juillet 1878. Un premier projet conçu en 1881 prévoyait la construction d’une tour cylindrique sur la maçonnerie existante de la batterie de la Baumette. La première adjudication reste sans résultat. La seconde est remportée le 31 août 1883 par l’entrepreneur de Saint-Raphaël, Esprit Roubion. La construction est achevée en août 1884 pour un total de 17 523, 58 francs.
- 15 octobre 1884 : allumage sur une tour carrée et corps de logis de 14, 60 m de hauteur, en pierre de taille des carrières de Touris (La Valette) et briques des dépôts de Sainte-Maxime ou de l’usine de Saint-Henri à Marseille.
- 1968 : rénovation.

1ère optique : 15 octobre 1884 : feu à occultation toutes les 4 secondes à secteurs blancs et rouges. Focale 0, 1875 m. au 3/8 d’horizon.
Autres optiques : 1968 : Feu blanc à 1 secteur rouge à 1 occultation en 4 sec. Optique d’horizon au 2/3, focale 0, 25 m.
Combustibles :
Huile minérale : 1884.
Electrification : 1930.
Automatisation : 1968.
- Etat actuel : tour carrée en maçonnerie lisse (hauteur 16, 25 m) surmontant un bâtiment rectangulaire à toiture en terrasse. Terrain, jardins. Lanterne standard Ø1, 80 m rouge au 1/2 de un niveau de vitrage. Optique d’horizon au 2/3, focale 0, 25 m sur support Luchaire. Lampe halo 180w. Feu blanc à 1 occultation en 4 sec à secteur rouge. Portée 15 milles.

Cap Bénat

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 1er août 2022


Coordonnées géographiques
43° 5’18.67"N, 6°21’46.31"E

Hauteurs
Hauteur au dessus de la mer : 60,40 m
Taille Générale : 14 m
Hauteur de la focale : 12,20 m
Portée : 21 miles

Feu
Optique tournante
Rythme : L-0=5 s T=5 s
Hauteur plan focal/base : 12.2

Situation topographique
Au Nord-Est de la rade d’Hyères , au Sud-Ouest du cap Bénat sur le cap Blanc - le feu est masqué par le fort de brégançon et les hauteurs du cap Blanc dans un secteur de 111° environ entre les relèvements approximatifs à 96° et à 207° ,

Description
Tour légèrement tronconique en maçonnerie lisse accolée à une maison rectangulaire en maçonnerie lisse

Historique
En arrière de l’ancienne batterie du Cap blanc.
- 01 juillet 1863 : allumage sur un candélabre en fonte, éteint en 1895.
- 05 mai 1895 : allumage sur une tour ronde avec corps de logis de 12, 60 m de hauteur

05 mai 1895 : feu à 1 éclat rouge toutes les 5 secondes. Optique de focale 0,1875 m à 4 panneaux au 1/4.
1895 : Huile végétale et Cuve à mercure
1917 : feu à éclat rouge toutes les 5 secondes. Optique de focale 0, 25 m. 4 panneaux au 1/4. (vapeur de pétrole). 1917 : Vapeur à pétrole et Électrification : non
1961 : électrification
1984 : Automatisation

Cap Camarat

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 juin 2017 (modifié le 1er août 2022)


Coordonnées géographiques
43°12’3.25"N, 6°40’28.30"E

Hauteurs
Hauteur au dessus de la mer : 134 m
Taille Générale : 25,10 m
Hauteur de la focale : 20,50 m
Portée : 26 milles

Feu
Optique tournante
Rythme : L-0=2,5 s/L-0=2,5 s/L-0=2,5 s/L-0=7,5 s T=15 s
Hauteur plan focal/base : 20.48

Situation topographique
Au Sud du cap de St-Tropez - partie Sud de la baie de Pampelonne - sur le cap Camarat

Description
Tour à section carrée en maçonnerie lisse et pierres d’angles , sur un bâtiment carré en maçonnerie lisse et pierres d’angles

Historique
Le phare est bâti sur l’emplacement d’une vigie, de 1836 à décembre 1838, par le sieur Joseph Marcel entrepreneur du Luc. L’adjudication prévoit la construction d’une tour avec un soubassement et différents bâtiments comportant des magasins et des logements. Le phare est allumé le 15 juillet 1837.
- 1847 : construction des maisons pour les ouvriers.
- 1861-1862 : construction du sémaphore.
Dès 1859, la mauvaise qualité des matériaux utilisés dans la construction entraîne d’importantes réparations.
- 1885 : agrandissement et construction de logements pour les familles des gardiens. (Ceux-ci habitaient dans le village de Ramatuelle à plus de 4 km de distance).
- 1905 : le pont qui permet le passage du Gros-Vallat s’effondre. Le phare se retrouve isolé. Des crédits sont débloqués pour la reconstruction du chemin en 1907.
Le phare est mitraillé en 1944 mais il n’est pas détruit

15 juillet 1837 : feu à éclipse de minute en minute de 0, 92 m. de focale.
1837 : Huile végétale
Vers 1875 : Huile minérale
3 septembre 1885 : renouvellement des galets du soubassement tournant.
01/08/1901 : 01 août 1901 : feu à 4 éclats groupés blancs toutes les 25 secondes .Optique de 0, 92 m. de focale à 4 panneaux au 1/8. 1946 : feu à 4 éclats blancs toutes les 15 secondes. Optique de 0, 50 m.de focale à 4 panneaux au 1/6.
1901 : Vapeur à pétrole
1903 : Cuve à mercure
1946 : feu à 4 éclats blancs toutes les 15 secondes
1946 : Électrification
1977 : Automatisation

Quelques photos du phare de Cap Camarat :


Télécharger :

  •  (format jpg - 62.7 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 98.8 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 101.2 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 135 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 154.4 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 124.6 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 85.6 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 122.3 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 143.4 ko - 13/06/2017)

Cap Cépet

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 1er août 2022


Coordonnées géographiques
43° 4’2.98"N, 5°56’39.77"E

Hauteurs
Hauteur au dessus de la mer : 75,90 m non 76,90
Taille Générale : 14,15 m
Hauteur de la focale : 13,00 m
Portée : 20 miles

Feu
Optique tournante
Rythme : L-0=3 s/L-0=3 s/L-0=9 s T=15 s
Hauteur plan focal/base : 13 ;0

Situation topographique
Abords sud du port de Toulon - partie sud est de la presqu’île de Saint-Mandrier - au cap - sur la pointe Rascas

Description
Tour carrée en maçonnerie lisse surmontée d’une plate-forme circulaire avec garde-fous et petit bâtiment en partie basse

Historique
1er phare :
- 1845 : Elaboration du premier projet d’installation d’un phare au Cap Rascas.
- 1849 : ouverture du concours devis approuvé de 9625 F
- 01 avril 1851 : allumage sur une tourelle carrée et corps de logis de 11 m de hauteur
- 01 septembre 1908 : feu à 3 éclats blancs toutes les 15 secondes.
2ème phare :
Le bâtiment est détruit en 1944 puis reconstruit selon les plans des architectes marseillais Georges Meyer-Heine et André-Pierre Hardy.
3ème phare :
En 1992 le feu est déplacé de 155 mètres car il gênait la construction du château du porte-avion nucléaire Charles-de-Gaulle. L’ancien bâtiment remis en état par la marine nationale est conservé comme amer.
- 1992 : allumage sur une tour carrée en béton et corps de logis de 14 m de hauteur.

Cuve à mercure : 1902.
Combustibles.
Huile végétale : 1851.
Huile minérale : vers 1875.
Vapeur pétrole : 1908.
Electrification : 1950.
Automatisation : 1975.

Cap d’Arme

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 29 août 2022

Coordonnées géographiques
42°59’0.39"N, 6°12’22.77"E

Hauteurs
Hauteur au dessus de la mer : 82,30 m
Taille Générale : 22,40 m
Hauteur de la focale : 18,10 m
Portée : 28 milles (45km)

Feu
Optique tournante
Rythme : L-0=2,5 s/L-0=7,5 s T=10 s
Hauteur plan focal/base : 18.0

Situation topographique
Au Sud de la rade d’Hyères -à la pointe Sud de l’ile de Porquerolles - sur le Cap d’Armes
masqué par les hauteurs de l’ile de Porquerolles dans 2 secteurs, l’un de 23° environ entre ses relèvements approximatifs à 119° et à 142°, l’autre de 39° environ

Description et historique
Avec sa forme caractéristique de nombreux autres phares de méditerranée construits dans la première moitié du 19ème siècle, le Phare du Cap d’Arme se détache par sa situation insulaire au sud de Porquerolles et son histoire singulière qui lui a valu d’échapper à la destruction au sortir de la seconde guerre mondiale malgré son occupation par les troupes allemandes. Édifié en 1830, électrifié en 1950 puis automatisé en 1973, ce phare a été classé aux Monuments Historiques en 2012. Il est aujourd’hui également utilisé pour télé-contrôler de nombreux autres phares situés dans son voisinage immédiat.

Grand Ribaud

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 juin 2017 (modifié le 1er août 2022)

Coordonnées géographiques
43°00,990’ N, 6°08,644’ E

Hauteurs
Hauteur au dessus de la mer : 37,50
Taille Générale : 16,05 m
Hauteur de la focale : 14,00 m
Portée : 10 miles

Feu
Optique fixe
4 éclats groupés normaux
Rythme : LL=1 s/O=1,5 s/L=1 s/O=1,5 s/L=1 s/O=1,5 s/L=1 s/O=6,5 s T=15 s
Hauteur plan focal/base : 13.65

Situation topographique
Au Sud de la presqu’île de Giens - côté Nord de la petite passe de la rade d’Hyères - sur la pointe Sud de l’île du Grand-Ribaud - masqué par la pointe Escampobariou au NE de son relèvement approximatif à 108°, par les hauteurs de l’île du Grand-Ribaud

Description
Tour tronconique en maçonnerie lisse accolée à l’angle formé par 2 bâtiments rectangulaires en maçonnerie lisse, orientés NW-SE et NE-SW

Historique
1er phare :
Hauteur au dessus de la mer : 34 m.
Taille générale : 13, 60 m.
Hauteur de la focale : 12 m.
Description : tourelle carrée en maçonnerie de pierres apparentes centrée au pignon d’un corps de logis de section carrée de un niveau avec chaînes d’angle en pierres apparentes. Corniches moulurées portant une rambarde métallique. Terrasse bordée d’un mur de clôture blanchi. Terrain.
2e phare :
Hauteur au-dessus de la mer : 37, 05 m.
Taille générale : 16, 05 m.
Hauteur de la focale : 14 m.
- Description technique :
1ère optique : 01 avril 1851 : feu fixe blanc de 4ème ordre. focale de 0, 1875 m.
Autres optiques : 16 décembre 1911 : feu à occultation toutes les 4 secondes, focale 0, 30 m. 1953 : feu à 4 éclats blancs toutes les 15 secondes. Optique de focale 0, 50 m à 4 panneaux au 1/4.
Cuve à mercure : 1911.
Combustibles :
Huile végétale : 1851.
Huile minérale : vers 1875.
Vapeur pétrole : 1911.
Electrification : 1971.
Automatisation : 1971.
- Etat actuel : Tour tronconique (hauteur : 16 m) en maçonnerie lisse encadrée par deux bâtiments rectangulaires formant un L. Toiture en tuile rouge. Phare d’île inhabitée. A côté site de l’ancien phare et fortin. Lanterne standard Sautter-Harlé en métal Ø 2 m60 de 1953. Optique Sautter-Harlé focale 0, 50 m d’horizon sans coupole montée sur support fixe Sautter-Harlé en métal. Changeur de lampe halo 90w. Feu blanc à 4 éclats 15 sec. Portée 10 milles.

Quelques photos du phare de Grand Ribaud :


Télécharger :

  •  (format jpg - 135.6 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 142.5 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 158.5 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 178.9 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 131.4 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 79.2 ko - 13/06/2017)

Grand Rouveau

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 juin 2017 (modifié le 1er août 2022)

Coordonnées géographiques
43°04,809’ N, 5°46,055’ E

Hauteurs
Hauteur au dessus de la mer : 49,95 m
Taille Générale : 17,90 m
Hauteur de la focale : 13,95 m
Portée : &13,5 miles

Feu
Optique fixe
Rythme : L=3 s/O=1 s/L=1 s/O=1 s T=6 s
Hauteur plan focal/base : 14

Situation topographique
A l’Ouest Sud-Ouest de la rade du Brusc - à l’Ouest-Nord Ouest de l’île des Embiez - sur le sommet de l’île du Grand Rouveau

Description
Tour carrée en maçonnerie de pierres apparentes formant corps avec un bâtiment rectangulaire en maçonnerie de pierres apparentes

Historique
Le phare a été établi sur la pointe culminant l’îlot du Grand-Rouveau lequel fait partie de l’archipel des Embiez. Il a pour but de signaler le mouillage du Brusc et l’entrée des ports de Bandol. Le bâtiment se compose d’une tour centrale, carrée de 13, 20 m de hauteur encadrée par deux ailes abritant les magasins et les logements des gardiens et de l’ingénieur. Les pierres servant à la décoration du phare proviennent des carrières de Cassis. Les parements et les façades sont exécutés avec des moellons calcaires tirés du cap de la Cride situé entre le port de Bandol et de Saint-Nazaire. On a utilisé de la chaux de Faverolles ou des Pomets près de Toulon et du ciment de Serrebourg près de Gap. La dépense pour le phare s’élève à 104 890F avec l’appareil d’éclairage de feu fixe. Les travaux n’ont pas posé de problèmes particuliers.

1ère optique : 01 juillet 1863 : feu fixe blanc de 3ème ordre. Focale 0, 50 m.
Autres optiques : 01 juillet 1913 : feu à 2 occultations toutes les 8 secondes, focale 0, 50 m. Lentille au 4/5 d’horizon. 1976 : feu à 2 occultations toutes les 6 secondes, focale 0, 50 m. Lentille de 4/5 d’horizon.
Cuve à mercure : 1904.
Combustibles :
Huile végétale : 1863.
Huile minérale : vers 1875.
Vapeur pétrole : 1904.
Electrification : 1976.
Automatisation : 1976.
- Etat actuel : Tour carrée en maçonnerie de pierres apparentes centrée au flanc de la façade d’un bâtiment rectangulaire en maçonnerie de pierres apparentes. Autres bâtiments aux alentours. Terrain. Lanterne standard Ø 2, 50 m. BBT. Optique d’horizon de 0, 50 m de focale de 1863.Lampe halo 90W. Feu blanc à 2 occultations 6 sec. Portée 13, 5 milles.

Quelques photos du phare de Grand Rouveau :


Télécharger :

  •  (format jpg - 88.5 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 121.1 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 102.5 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 104.7 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 84.1 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 110.6 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 137.4 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 133.4 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 138.3 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 103.4 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 77 ko - 13/06/2017)

Porquerolles

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 juin 2017 (modifié le 1er août 2022)


Coordonnées géographiques
442°59’0.39"N, 6°12’22.77"E

Hauteurs
Hauteur au dessus de la mer : 82,30 m
Taille Générale : 22,40 m
Hauteur de la focale : 18,10 m
Portée : 28 milles

Feu
Optique tournante
Rythme : L-0=2,5 s/L-0=7,5 s T=10 s
Hauteur plan focal/base : 18.0

Situation topographique
Au Sud de la rade d’Hyères -à la pointe Sud de l’ile de Porquerolles - sur le Cap d’Armes
masqué par les hauteurs de l’ile de Porquerolles dans 2 secteurs, l’un de 23° environ entre ses relèvements approximatifs à 119° et à 142°, l’autre de 39° environ

Description
Tour carrée en maçonnerie de pierres apparentes sur un bâtiment carré en maçonnerie de pierres apparentes

Historique
Lors de la construction du phare, les propriétaires des terrains, Plasse et Noitly, donnèrent un simple accord de principe pour l’exécution des travaux. En 1838, un expert leur proposa une indemnité pour le terrain qu’ils refusèrent. En 1852, l’affaire n’était toujours pas réglée et la veuve demandait des intérêts importants sur les impayés. L’Etat fut contraint de verser les intérêts de 21 ans 1/2.
Le phare a été équipé en 1906 d’une lentille de Fresnel qui en fait l’un des plus puissants de la Méditerranée. Pendant la Seconde Guerre, il est occupé par les Allemands. En 1944, l’action du gardien Joseph Pellegrino permit d’éviter la destruction du phare et du radiophare. En 1951, le même gardien portera secours à quatre touristes lors d’un accident sur la falaise.

15 juillet 1837 : feu fixe blanc de premier ordre varié de 4 en 4 minutes par des éclats et précédés de courtes éclipses. 1837 : Huile végétale
26 juin 1895 : feu à 2 éclats blancs toutes les 10 secondes de focale 0, 50 m. 1895 : Cuve à mercure et vapeur à pétrole
20 février 1906 : feu plus puissant, à 2 éclats blancs toutes les 10 secondes. Optique de focale 0, 70 m avec lentille de 4 panneaux au 1/4. (actuelle).
1952 : Electrification
1973 : Automatisation
1950 : feu à 3 éclats blancs toutes les 15 sec.
1950 : Electrification
1975 : Automatisation

Lanterne restaurée en 2001

Quelques photos du phare de Porquerolles :


Télécharger :

  •  (format jpg - 151.2 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 95.8 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 114.8 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 108.6 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 50.6 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 62.7 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 114 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 127.7 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 136.7 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 119.5 ko - 13/06/2017)
  •  (format jpg - 137.9 ko - 13/06/2017)

Le Titan

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 1er août 2022


Coordonnées géographiques
43° 2’47.55"N, 6°30’37.49"E

Hauteurs
Hauteur au dessus de la mer : 75 m
Taille Générale : 12 m
Portée : 28 milles

Feu
Optique tournante
Rythme : L-0=5 s T=5 s
Hauteur plan focal/base : 7.1

Situation topographique
Côte Nord-Est de l’île du Levant, entre la pointe de Calle Rousse et la pointe de la Reste. Masqué par les hautes terres du Grand-Cap au Nord-Ouest de son relèvement approximatif à 44°, et par la pointe de Calle Rousse à l’Ouest de son relèvement approximatif

Description
Tourelle légèrement tronconique en maçonnerie lisse reliée à un bâtiment carré surmonté d’une tourelle carrée en maçonnerie lisse

Historique
15 juillet 1837 : feu fixe blanc de 3ème ordre dioptrique. optique de focale 0, 50 m.
1837 : Huile végétale
11 juin 1893 : feu à 1 éclat blanc toutes les 5 secondes. Lentille de 0, 50 m de focale. Lentille de 4 panneaux au 1/4.1893 : Cuve à mercure
1904 : Vapeur à pétrole et Electrification / non
1984 : Automatisation

Le phare a été abîmé lors de la seconde guerre mondiale. Il a été réparé en 1948 puis restauré en 1996.